Savoir si, quand et comment prendre des décisions nécessite de l’expérience et de la conscience en soi

Aucun domaine de leadership n’expose les faiblesses d’un PDG plus rapidement que son approche sur la prise de décision. Certains PDG procrastinent de peur de prendre une mauvaise décision. D’autres passent trop de temps à chercher un consensus. Certains veulent prendre toutes les décisions, peu importe leur taille. D’autres encore dictent des décisions sans consulter personne. Comme un modèle de comportement, ces approches peuvent amener une organisation à un arrêt et d’affaiblir le moral.

Pour aller plus loin : Êtes-vous un procrastinateur de décision? Cliquez ici pour changer cela.

La plupart du temps, trouver l’équilibre entre ces extrêmes est essentiel pour le succès. Il y a des moments où le PDG doit dicter une décision pour le bien de l’organisation. Lorsqu’une décision n’est pas aussi sensible au temps ou n’est pas importante, le chef de la direction doit chercher des moyens pour parvenir à un consensus et d’encadrer les employés.

Savoir si, quand et comment prendre des décisions nécessite de l’expérience et de la conscience en soi. Mettre un processus autour de la prise de décision peut vous aider à vous protéger contre vos faiblesses et à être plus efficace. Utilisé de façon cohérente, un bon processus peut faciliter des décisions rapides au bon niveau, former les employés sur leurs compétences décisionnelles et produire de meilleurs résultats.

Voici un processus en trois étapes à considérer.

 

  1. Triage de prise de décision

Cette première étape vous invite à classer les décisions dans une des trois catégories en fonction de l’impact sur le business:

 

 

  • Décisions moins importantes. La décision, à elle seule, n’affectera pas l’ensemble de l’entreprise d’une manière considérable. Utilisez ceci comme une occasion d’entraîner votre personnel à prendre des décisions judicieuses. À moins que la décision ne touche plus qu’un département, demandez aux employés de prendre des décisions dans leur domaine d’expertise plutôt que de les abdiquer. Finalement, votre équipe devrait prendre les mêmes décisions que vous feriez avec les mêmes informations. Cela libère votre temps pour vous concentrer sur des décisions plus difficiles.
  • Des décisions faciles, mais significatives. Les avantages et les inconvénients de diverses options sont claires, mais le résultat affectera l’ensemble du business. Impliquez l’équipe de direction pour son expertise et son adhésion, surtout si la décision implique de groupes multiples. Leur contribution peut mener à un choix par consensus ou à de nouvelles informations sur la question.
  • Décisions difficiles et significatives. Les options sont compliquées, et la décision fera une différence pour les opérations commerciales et les résultats. Consultez l’équipe de direction, mais c’est vous qui avez le dernier mot. Vous êtes le seul à prendre la décision finale.

 

 

Pour aller plus loin: Pour découvrir les signes montrant que vous êtes trop émotif pour décider ce qui est le meilleur pour votre entreprise, rejoignez-moi ici

 

  1. Communication

La deuxième étape contribue à favoriser l’engagement sur la décision, même lorsque le consensus n’est pas possible. Il aide également l’organisation à apprendre à partir de la décision. Lorsque vous prenez une décision, communiquez immédiatement à tous ceux qui pourraient être concernés. Ne pas le faire perdra du temps précieux et causer de la confusion puisque la décision percole lentement jusqu’ à tous les employés. Semblable à un jeu d’enfant de téléphone, le message sera distordu.

Expliquez également le raisonnement de base que vous avez utilisé pour atteindre la décision. Par exemple, disons que vous opérez actuellement selon le principe que la croissance est plus importante que les bénéfices. Si vous prenez une décision basée sur cela, il est essentiel de rappeler aux gens à ce propos. Si vous ne le faites pas, les employés peuvent ne pas comprendre la décision ni savoir comment ils peuvent agir pour l’appuyer ou l’accepter. Le rappel constant de vos principes de base permet aux employés d’agir de manière cohérente de manière à les promouvoir. Avec le temps, moins de décisions arriveront à votre bureau, car le personnel comprendra votre intention.

 

  1. Une analyse

Cette partie du processus implique la conduite d’un post mortem officiel pour chaque décision importante, vous permettant d’inverser les mauvaises décisions ou de redresser la barre. Le post mortem devrait répondre à des questions telles que: Quels facteurs aurions-nous dû prendre en considération pour prendre la décision? Comment aurions-nous pu appliquer la décision plus efficacement? Qu’est-ce que nous avons fait qui a particulièrement bien fonctionné?

 

Pour aller plus loin : Relevez vos défis majeurs dans vos prises de décisions commerciales difficiles en me rejoignant ici

 

Ces post mortems amélioreront continuellement le processus et aideront également à créer un soutien pour les décisions futures. Les gens croiront que le processus entraînera des changements et des améliorations si nécessaire. La volonté de chercher des améliorations en analysant les actions passées et en faisant des ajustements sépare les grands leaders des moyens. Équilibrer entre atteindre le consensus et être tenté de prendre toutes les décisions par vous-mêmes prend du temps et de la pratique. Toujours réaliser que le temps presse. Votre meilleure option est d’avoir un processus de prise de décision qui permet à votre organisation de fonctionner à toute vitesse, qui améliore vos capacités et ceux de votre équipe et apporte un soutien pour les décisions finales.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer